Conservation-Restauration

La restauration d’un objet d’art, aussi bien pour la dorure que pour la polychromie, commence par une phase d’observation.

Notes, relevés d’observations , photos des étapes de l’intervention accompagnent la réflexion et les décisions concernant sa conservation et sa restauration.

Il ne s’agit pas de refaire, mais d’abord de conserver, de stopper un processus de dégradation, de stabiliser un état, puis dans un deuxième temps, de dégager et de remettre en valeur l’aspect initial de l’objet tout en respectant les usures et les altérations , qui, faisant partie de l’histoire de l’objet, lui sont constitutives.

La réversibilité et la “traçabilité” des interventions sont des règles d’or. Le restaurateur prend aussi en compte l’usage futur de l’objet : exposition muséale, collection privée, oeuvre religieuse, culte dédié……

Les travaux de restauration sont réalisés après établissement d’un devis. Les prix dépendent plus du temps nécessaire à la restauration que des matériaux à utiliser. Il est absolument indispensable de voir les œuvres pour établir un devis, les photos ne peuvent donner des indications suffisantes et précises. Si vous souhaitez un conseil, un avis, un devis, n’hésitez pas à me contacter.

Quelques étapes d'une restauration

Traitement et consolidation

Lors de cette étape on considère à la fois les désordres concernant le support et la surface.

Y a t-il la présence d’une infestation xylophages ou fongique? La matière du support est-elle fragilisée ? 

Y a t-il un soulèvement de la couche peinte ou dorée? Dans quel état sont les couches de préparation: pulvérulentes, très fragiles, couvertes de badigeons….

Pour tous ces désordres il faut apporter des solutions adéquates et différentes:  effectuer les traitement fongiques et insecticides… Consolider le support et la couche peinte par imprégnation, au pinceau, à la pipette, à la seringue, à la spatule chauffante… avec des produits spécifiques à traiter ces désordres.

Restauration du support

Pour cette étape, on va s’attacher à remédier à certaines altérations du support : pertes de matières, traces de choc, décollement, perte de cohésion d’assemblages, cassures…

Afin d’assurer la pérennité de l’œuvre il est nécessaire de vérifier les assemblages, de les consolider ou les reprendre si besoin. Les éléments cassés ou disjoints seront recollés. 

Les pertes de matières peuvent être réintégrées, par greffe ou modelage en résine, ou encore prise d’empreintes, encore faut-il ne pas inventer, et rester en cohérence avec la déontologie de la restauration. Ainsi certaines altérations resteront visibles, celles gênant vraiment une bonne lecture de l’oeuvre seront travaillées.

Nettoyage de la couche peinte et/ou dorée

La couche peinte ou dorée sera si besoin nettoyée. Cela va du simple dépoussiérage à la brosse douce sous aspiration ou un gommage à sec avec des gommes spéciales, à des nettoyages plus complets suivant l’état de salissure .

Pour ce faire la gamme des produits utilisée par le restaurateur est large, et bien que la question me soit souvent posée, impossible de donner de recettes!

Chaque cas est unique, la manière de procéder, les produits (solvants, savons spécifiques, eau, gels..) utilisés souvent en mélange sont dosés à chaque fois après des tests afin de s’adapter au mieux à la nature de la surface peinte, à son état, et au résultat possible pour une œuvre donnée.

 

Réintégration de la couche peinte et/ou dorée

Il sera souvent nécessaire, ne serait-ce que pour documentation d’effectuer par sondage l’établissement de l’échelle stratigraphique de la couche peinte.

Nombre de désordres de la surface sont dus à des repeints successifs qui provoquent décollement et déplacage de la surface. Ces sondages peuvent révéler une très belle couche originale (ou intermédiaire), qu’après réflexion, il peut être envisagé d’éliminer, la plupart du temps par clivage mécanique au scalpel, mm par mm.

Les lacunes de la surface seront “mastiquées” avec des enduits spécifiques à la restauration ou à la dorure. Puis les couleurs seront réintégrées, bord à bord, par glacis successifs de couleurs et liants réversibles, les raccords de feuilles d’or, légèrement débordant seront fondu et patinés dans la teinte de la dorure originale.

Retrouvez quelques restaurations en cliquant sur l'image ci-dessous :

  • Restauration d’un Christ en plâtre

  • L’entretien des objets dorés et polychromes

  • La restauration, une éco-attitude

  • Table Laquée

  • Arlequin à l’atelier

  • Restauration d’un canapé Empire

  • Encoignure en laque de Chine

  • Restauration d’un aigle lutrin XVIIème

  • Tu encadres, il encadre…je restaure

  • Un ange passe

…et beaucoup d’autres articles à retrouver en explorant les catégories d’articles

partager sur Facebook
Partager sur Twitter
partager sur Instagram
%d blogueurs aiment cette page :