Genèse encore, chapitre 2

08_genesefinDetailsTerminé il y a un petit mois, un autre travail sur la Genèse, chapitre 2,

cette fois-ci avec les techniques de dorure:  panneau de bois de 122cm sur 102cm, enduction, reparure de l’arbre créé en relief et gravure du décor dans l’épaisseur de l’enduit.

 

 

Dorure bien sûr, à la détrempe et à la mixtion. Poudre de nacre, d’argent. vernis colorés, couleurs à la colle et sgraffiatti sur la couleur.

Incrustation de perles de verre,05_rougePerles_04 et petit délire de feuilles d’arbre récoltées cet automne et séchées;07_feuilles

Certaines ont été collées directement sur la surface d’autres incrustées au dessus du décor après consolidation.

Et comment précisément tout ça est fait, me direz-vous?

Eh bien je vous répondrais: le métier tout simplement!  plus quelques bidouilles et secrets d’atelier, hé, hé! Mais voici ci-dessous quelques photos illustrant ce propos (vous pouvez cliquer sur l’image pour agrandir la lightbox),

et une vidéo de 3mn09 résumant quelques 40 heures de reparure et ponçages:

La dorure, une vingtaines d’étapes:

pose de la feuille d'orLa dorure à la feuille à la détrempe, un métier de patience et d’anticipation. Travail dans la durée et où, pour qui connait ses classiques, “patience et longueur de temps font mieux que force ni que rage”

la dorure, une vingtaine d’étapes : enductions, séchages, ponçages…………….

Etape 1: Encollage :
Colle de peau de lapin additionnée d’un peu de craie, il s’agit de poser une couche d’accroche, bien chaude afin qu’elle pénètre le bois. L’encollage est passé partout, soigneusement et en piquant la brosse, sans laisser de surplus dans les fonds.

Etapes 2-3 : Enduction :
Blancs “picots” fluides, les formes sont enrobées complètement, la brosse est piquée sur la surface.
Mélange colle de peau de lapin/craie peu épais

Etapes 4-9 : Enduction
Suite et fin des blancs “picots”, les formes sont arrondies en piquant sur tous les dessus sans noyer et “embourber” les fonds.
Mélange colle de peau de lapin/craie plus épais

Etape 10 : Enduction
Première couche de blanc “lissant”, passée sur toute la surface, il s’agit de charger en matière la surface des picots en lissant à la brosse, d’arrondir les formes et de lisser la surface avec le doigt.
Mélange colle de peau de lapin/craie assez épais

Etape 11 : Enduction
Deuxième couche de blanc “lissant”, passée sur tout la surface, puis lissée avec une brosse humide.
Mélange colle de peau de lapin/craie assez épais

Etape 12 : “Adoucissage”:  
Ponçage de la surface à l’eau avec des abrasifs, de la prêle séchée et réhumidifiée, des bâtonnets de toutes formes.

Etape 13 : Reparure
Ciselure et ornementation de la surface à l’aide de fers à reparer qui ont différentes formes pour redonner de la vivacité à la sculpture, redresser les fonds, donner le détail de l’ornementation et créer les jeux de fonds gravés dans l’épaisseur de l’enduit.

Etape 14 : ponçage
Après la reparure, la surface à été éventuellement  un peu salie, et il est nécessaire de la parfaire en éliminant les derniers défauts, les dernières rayures.
Ce ponçage se fait à sec avec du papier de verre n° 320 à 600

Etape 15 : Encollage jaune avant dorure.
Cette étape réalisée après un dépoussiérage soigneux permet d’éliminer tout reste de poussière, de dégraisser la surface, de jaunir les fonds. Ainsi lors de la pose de la feuille , s’il y a des petites cassures dans les fonds, cela se voit moins.
Colle de peau + diluée et pigment ocre jaune

Etapes 16-18 : Coucher de l’assiette
En trois passages sur les parties qui seront brunies et deux passages pour les mats, à plat,avec une brosse plate très fine.
Etape très importante, c’est l’assiette qui permet d’obtenir de beaux brillants.
Bolus dilué avec de la colle de peau.

Etapes 19: Chiennage de l’assiette
Avec une brosse dure, appelée “chien”, l’assiette est “chiennée”, frottée pour enlever les grains, l’adoucir, la satiner et ainsi préparer la qualité des brunis.

Etapes 20, 21,22, 23: Pose de la feuille d’or
Les feuilles sont délivrées dans le coussin, coupées à la taille désirée. La surface abondamment mouillée, la feuille d’or est posée avec la palette. La  feuille d’or est happée par l’eau qui la plaque sur la surface.  Après séchage, toute l’ornementation qui doit être en finition brillante est polie à l’aide de pierre d’agate. Les éléments qui doivent rester mats reçoivent un très léger film de colle de peau de lapin très diluée.

Si besoin on effectue ensuite un “ramendage” : il s’agit de coller de petits morceaux sur les petits manques.

Enfin, l’ensemble de la dorure reçoit un matage, colle de peau de lapin très diluée, passée à main douce à l’aide d’un rondin.

Etape 24 : Vermillonnage
Autrefois, l’ornementation dorée était parfois rehaussé d’un vernis coloré rouge ou jaune, appellé vermillonnage afin de mettre en valeur le relief sculpté.

Etape 25 : Patine
Usures, mise en teinte à l’aide de glacis…Chaque doreur a ses petites recettes bien à lui, et qu’il ne partage pas…………
A savoir tout de même: à l’origine la dorure est faite pour rester neuve, il s’agissait, au delà de l’oeuvre d’art et du désir de s’entourer du plus précieux, de montrer sa richesse et par là son pouvoir!

Création d’un tabernacle

Image

Créé par l’atelier, ce tabernacle en bois et bois carton. Les feuillages sont en étain repoussé dorés à la mixtion.

L’ensemble à été enduit avec les enduits traditionnels de dorure, puis les enduits gravés et reparés. l’intérieur est doré à la détrempe en mats et brunis, avec de l’or jaune, vert et blanc rehaussé de vernis colorés et de poudre d’argent.

L’extérieur, monochrome blanc est rehaussé de nacre.

Les étapes de la dorure à l’eau.

Pour réaliser une dorure traditionnelle, appelée dorure à la détrempe ou à l’eau, de nombreuses étapes sont nécessaires avant la pose de la feuille d’or.

Trois familles pour ces étapes : Continuer la lecture