Restauration d’un Aigle lutrin XVIIème.

Aigle-lutrin, état initial sur placeRécemment restauré à l’atelier : un très bel Aigle-lutrin XVIIème.

Oeuvre remarquable et en très bon état, le bois de cet aigle-lutrin à été mis à nu lors d’une intervention précédente, des traces de préparation blanche sont visibles dans les creux de la sculpture.

Aigle-lutrin, état initial en atelier

Le socle est peint d’un monochrome bleu vert très sali, ponctuellement usé et lacunaire.

Pour la restauration,rien que de très classiques opérations :

  • nettoyage de l’aigle et du trépied,
  • traitement du bois, 
  • réintégrations ponctuelles d’altérations du bois en résine Modelpast .
  • PréparatiAigle après enduction du boison du bois avant dorure par une très fine enduction, ponçages de l’enduction.
  • Couché de la gomme laque en deux passages puis de la mixtion à dorer.
  • Dorure à la feuille

Aigle après dorure

  • Patine de la dorure, retouches du monochrome du socle, et voilà!!Aigle-lutrin après restauration Aigle lutrin après repose

 

 

 

 

 

 

En ligne, une petite vidéo :

Tu encadres, il encadre………..Je restaure!

Tu encadres, il encadre………..Je restaure!

Cadres de tableaux, cadres de miroirs, grands cadres, petits cadres, de style, ou d’époque. En bois sculpté, en staff, peints, dorés, rechampis, polychromes, “Bérain”, “à Cassetta”, Français, Italien, à simples moulures, où ornementation baroque, cadres de collections privées ou publique, il y en à pour tous les goûts et de toutes les sortes.

Pain quasi quotidien du doreur ou du restaurateur, il arrive souvent à l’atelier après une chute classique : l’attache murale ou le cordonnet casse en raison du vieillissement! Accident banal mais parfois fatal, du petit dégât facilement réparable mais souvent, malheureusement, beaucoup plus grave.

Un ange passe……….

Un ange passe, deux anges passent………………..à tire d’aile peut être!

Petite histoire d’une restauration de deux anges en plâtre dans le plus pur style néo-classique industriel du 19ème siècle. Techniquement irréprochables, ces moulages en série, parfois virtuoses, laissent toutefois à désirer sur le plan du contenu artistique.

Bref, ces anges, exilés de longues années dans un placard paroissial, pour cause de bris d’aile (ont-ils volé trop haut et trop vite?) et d’un encrassement digne de mineurs de fond, sont un jour sortis de l’oubli et, après un passage à l’atelier pour nettoyage, recollages, restauration et restitution d’ailes ou de morceaux d’ailes, vont pouvoir reprendre du service, car comme tout un chacun le sait, les anges sont des messagers……………..

Instant beauté pour Sainte Thérèse

Therese_07[cycloneslider id=”therese”]

Petit “relooking” pour cette statue grandeur nature représentant Sainte Thérèse de Lisieux. Cette statue en plâtre, peinte d’un badigeon monochrome blanc était fort salie. L’intervention a donc consisté en un nettoyage. Ponctuellement quelques petits refixages de zones écaillantes, quelques lacunes stuquées et retouchées. Le chapelet et le bord des pétales de roses à été rehaussé de dorure à la feuille.Cette statue se trouve dans une des paroisses de l’agglomération de Rouen.

 

Le 19ème siècle a produit beaucoup de statues en plâtre. Sur le plan artistique cette production industrielle est plus que discutable, nous donnant à voir des dizaines de saints aux visages idéals, à la stature parfaite, et aux postures doucereuses. Bref un art qui représente un monde, une religion de rêve, désincarnés et bien loin de ce qu’ont été chacune des personnes ainsi représentées.

Sainte Thérèse de Lisieux, née à cette époque et dans ce siècle là, est morte à 24 ans le 30 septembre 1897 et très tôt une dévotion naît pour Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus.Elle sera canonisée en 1925( Voir au sujet de sa vie, l’excellent article de Wikipédia).

Sa statue, réalisée dans le plus pur style de cet art “mou” du XIXème, la représente en habit de carmélite, tenant un crucifix dans un bouquet de roses, et a été reproduite a des centaines d’exemplaires. Parfois simplement blanche, le chapelet et les roses peuvent être rehaussés de dorure, parfois les bords de la chappe et du scapulaire sont aussi dorés. On trouve aussi des statues dont le décor est entièrement peint.